unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso unipso

Sensibilisation

Sensibiliser les occupants pour utiliser au mieux un bâtiment

Les campagnes de sensibilisation visent une modification du comportement de certains acteurs de l’institution afin d’optimiser les consommations d’énergie. Des installations peuvent être très performantes, mais si elles sont mal utilisées, elles ne permettront pas les économies attendues !

La sensibilisation doit aller de paire avec des améliorations techniques afin de montrer que « chacun assume sa part du travail », car il est particulièrement mal perçu par le public cible de devoir pallier aux dysfonctionnements des installations.

En complément des mesures techniques, les campagnes de sensibilisation permettent généralement des économies de 6% à 15% supplémentaires.

Comment mettre en place une campagne de sensibilisation ?

S’il est vrai que la sensibilisation des occupants demande en général très peu d’investissement financier, il ne faut cependant pas négliger l’investissement en moyens humains que cette démarche suppose. Animer une campagne de sensibilisation demande du temps, de l’investissement et de la persévérance, car le changement des comportements s’inscrit dans la durée. La répétition est indispensable à la sensibilisation d’un groupe !

Il est généralement nécessaire de constituer une éco team chargée de mener les actions de sensibilisation. Les membres du personnel qui en feront partie devront avoir assez de temps et de moyens pour mener à bien les mesures qui seront prévues dans un plan d’action.

1. Phase d’information
  • s’informer et mesurer les consommations de façon assez précise pour pouvoir percevoir ensuite les effets de la campagne que vous allez mettre en place
  • s’informer sur les attitudes et comportements à changer, viser les comportements qui sont à la source de réelles surconsommations
  • identifier les acteurs qui sont les plus à même de conduire au changement attendu, en déployant les efforts les plus simples
  • informer les décideurs (pour avoir leur appui), le personnel (pour s’assurer sa collaboration) et les personnes ressources (pour relayer les messages).
2. Phase d’élaboration du projet

Elle se fera en collaboration / concertation avec les acteurs identifiés ci-dessus. Il est également important de mettre en place une Ecoteam composée de représentants des usagers souhaitant s’impliquer dans la démarche. Participer à la définition des objectifs de la campagne stimulera leur motivation.

Cette cellule sera également impliquée dans toutes les étapes ultérieures. Cette phase s’attachera à :

  • fixer des objectifs : énoncez-les en termes comportementaux, imaginez votre stratégie, adaptez l’environnement matériel de façon à faciliter l’émergence des nouveaux comportements
  • déterminer les moyens : quels supports, quel budget, quels partenaires, quelle mesure des résultats, quels canaux, quels incitants ?
  • identifier le public cible : quels publics, quels relais, quels leaders d’opinion ?
  • choisir les (bons) vecteurs : la communication interpersonnelle est la plus puissante. La communication par media imprimé renforce la persistance des messages préalablement expliqués / démontrés. Pour convaincre, il est important de s’inscrire dans le débat et de répondre aux questions.

Cela passera par la rédaction d’un plan d’action (thématique / objectif / actions / moyens / pilote de l’action et participants / public cible / échéances).

Conseils :

  • indiquer clairement dès le départ quels sont les objectifs poursuivis (limitation du gaspillage, pas de diminution du confort) et à quoi seront affectées les économies financières générées. Envisager un partage des gains : une partie pour financer le cœur d’activité de l’institution, une partie pour financer des investissements d’économies d’énergie, une partie le personnel ou les bénéficiaires (amélioration du confort, financement d’une activité ludique ou éducative, etc.).
  • Dans la mesure du possible, donner au personnel la possibilité d’expérimenter : tester les consommations des appareils par soi-même avec des appareils de mesure pour se rendre compte de leur impact réel et des possibilités d’économie est très convainquant !
  • Utiliser des indicateurs de consommation variés (environnementaux, financiers, techniques… car nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes arguments). Utiliser des indicateurs parlants : rapporter les gros chiffres à des choses concrètes que les gens peuvent se représenter facilement et indiquer l’impact d’une action individuelle.
  • Donner des exemples d’action que les gens pourront mettre en œuvre chez eux. Donner des équivalences d’économie pour un ménage.
  • Eviter de donner l’impression aux gens qu’on leur impose un nouveau message normatif autoritaire, essayer au contraire de les associer au maximum à la démarche. La motivation d’une personne est plus forte quand elle participe et qu’elle contribue à définir les objectifs.
3. Construction des outils

Ils doivent :

  • donner du sens et de la valeur à l’action demandée
  • préciser les « pourquoi », pour convaincre et motiver
  • préciser les « comment » pour changer les comportements de manière concrète
  • se décliner sur tous les types de support et de canaux (affiches, mails, questionnaires, synthèse d’information à expliquer en réunions, actions ludiques, etc.) et se renouveler régulièrement.
4. Mise en œuvre

Dès le début de la mise en œuvre de votre plan d’action :

  • mesurez les effets, ceux qui ont été prévus mais aussi les imprévus
  • mettez à profit ce que les gens disent, vous disent, disent à d’autres, ce qu’ils font des informations que vous diffusez pour adapter vos stratégies et vos messages.
5. Évaluation

Faites une évaluation périodique sans complaisance des résultats obtenus. Si elle est :

  • positive : dites-le afin d’encourager les acteurs à poursuivre leurs efforts et continuer la démarche
  • mitigée : dites ce qui a bien évolué, élaborez les correctifs pour atteindre pleinement vos buts
  • négative : dites-le, en formulant vos hypothèses sur ce qui n’a pas fonctionné, ajustez votre campagne à ces nouvelles données et donnez davantage de sens à vos objectifs d’économies d’énergie (environnement, confort, conditions de travail, etc.).
6. Pérennisation des nouvelles attitudes
  • prévoyez très tôt la poursuite de vos efforts (action inscrite dans la durée)
  • pensez à remettre ces campagnes dans les mains de relais, voire dans celles du public cible lui-même.

Plus d’informations ?

Besoin de guides de sensibilisation, d’affiches, de supports de communications adaptés, d’informations vulgarisées ?
→ Consultez les documents et liens ci-contre

Copyright © 2007 UNIPSO - Tous droits réservés. Révision : 25/03/2010 - Conditions d’utilisation

- Réalisation : Vertige